Une position stratégique

S’étendant sur 670 km, du fleuve Niger au Golfe de Guinée, le Bénin jouit d’une position géostratégique particulièrement avantageuse en Afrique de l’Ouest. Les zones économiques (franche, industrielles, spéciales), le réseau routier et le port de Cotonou occupent ainsi une place centrale dans le transit commercial de la région, offrant un accès à la mer pour de nombreux pays voisins enclavés (Burkina, Niger, Mali, Tchad), et bénéficiant de la proximité du Nigeria. Plus globalement, le pays est un carrefour incontournable, ce qui constitue un avantage sérieux pour sa stratégie de développement dans les années à venir.

Un patrimoine unique

Berceau de la culture, des arts et de la civilisation Vaudou et de l’ancien royaume du Dahomey, le Bénin bénéficie d’un patrimoine historique, culturel et architectural singulier en Afrique de l’Ouest. Son littoral, la diversité de ses paysages et ses parcs naturels (Pendjari – Parc Régional W), les vestiges et la mémoire de la traite négrière à Ouidah, ses palais royaux d’Abomey et leurs sites archéologiques qui datent de plusieurs millénaires, sa cité lacustre, la plus grande d’Afrique (Ganvié) et ses cités balnéaires et lagunaires, constituent également un patrimoine naturel unique, qui ne demande qu’à être révélé.

Porté par une jeunesse dynamique, éduquée et bien formée, souvent dénommé le Quartier Latin de l’Afrique, le Bénin occupe une place singulière en Afrique de l’Ouest grâce à la richesse de sa vie artistique et intellectuelle.

Une stabilité démocratique exemplaire

Dotée de solides institutions, la République du Bénin fait figure de modèle en matière de stabilité démocratique en Afrique subsaharienne et dans le monde.

Une croissance prometteuse

Le Bénin a affiché une croissance économique moyenne de 4,1% sur la période 2001-2016 puis un solide taux de croissance de 5,4% en 2017 et prévoit d’atteindre les 7,1% à l’horizon 2021. C’est l’une des croissances les plus fortes de la Région, au-dessus de la croissance moyenne en Afrique subsaharienne qui est de 4,5%. Cette croissance ne s’est pas faite au détriment des équilibres macroéconomiques puisque le pays affichait un déficit budgétaire de 2,2% du PIB en 2016.

Une nouvelle impulsion économique pour le pays

Le diagnostic mené par le nouveau gouvernement en 2016 a clairement démontré que ces atouts étaient sous valorisés, et le développement économique du pays bien inférieur à son potentiel réel. L’arrivée au pouvoir du Président Talon, important investisseur en Afrique, représente un tournant dans l’histoire économique du Bénin, son ambition étant d’engager rapidement les réformes et chantiers nécessaires à une restructuration de l’économie nationale et à une relance rapide et durable de l’accroissement de la richesse nationale.